apparence


apparence

apparence [ aparɑ̃s ] n. f.
aparance 1283; bas lat. apparentia, de apparere apparoir
1Aspect (de ce qui apparaît); ce qu'on voit d'une personne ou d'une chose, manière dont elle se présente. 2. air, allure, 2. extérieur, forme, 1. mine, 1. tournure. Les diverses apparences de la Lune, des planètes. phase. On a repeint la maison pour lui donner une belle apparence. « Un certain air d'audace et de gaieté dans le regard contrastait avec cette apparence maladive » (Mérimée).
2Une apparence de..., trace, vestige. Ils n'ont plus aucune apparence de liberté. Une légère apparence. lueur, 1. ombre, semblant, soupçon.
3Spécialt L'aspect, l'extérieur d'une chose considérés comme différents de cette chose (réalité). C'est une simple, une fausse apparence. 2. extérieur; couleur , croûte, décor, dehors, écorce, enveloppe, façade, figure, vernis. Des apparences trompeuses. Prendre l'apparence pour réalité. « La femme a une puissance singulière qui se compose de la réalité de la force et de l'apparence de la faiblesse » (Hugo). « L'état général, malgré l'apparence, restait inquiétant » (Martin du Gard). On ne doit pas juger sur les apparences, se fier aux apparences (cf. Tout ce qui brille n'est pas or; l'habit ne fait pas le moine). Les apparences sont contre lui, mais il est innocent. Loc. Garder, ménager, sauver les apparences : ne laisser rien apercevoir de ce qui pourrait nuire à sa propre réputation ou à celle de qqn. ⇒ bienséance, convenance. Les apparences sont sauves. Sacrifier les apparences : se moquer du qu'en-dira-t-on.
Loc. adv. EN APPARENCE : extérieurement, autant qu'on peut en juger d'après ce qui paraît, ce qu'on voit. ⇒ apparemment (1o). « Si l'on guérit le mal, ce n'est qu'en apparence » (P. Corneille). « Des qualités en apparence si peu françaises » (A. Gide).
4Philos. Phénomène, par opposition à la chose en soi, l'être, la substance. La conscience « est une pure apparence en ce sens qu'elle n'existe que dans la mesure où elle apparaît » (Sartre).
5Vx Le caractère plausible, vraisemblable d'une chose. vraisemblance. « Il y a de l'apparence qu'il disait vrai » (Racine). Mod. Selon toute apparence, il est déjà parti, d'après ce que l'on voit. Contre toute apparence, en dépit de ce qui paraît. « Si Descartes a voulu, contre toute apparence, que les animaux fussent des machines » (France).
⊗ CONTR. Fond; essence, réalité, substance.

apparence nom féminin (bas latin apparentia, du latin classique apparere, apparaître) Aspect, conforme ou non à la réalité, sous lequel quelque chose, quelqu'un apparaît à la vue ou à l'esprit : Une maison de belle apparence. Un enfant d'apparence chétive. État d'un acte ou d'une situation juridique dont les caractéristiques ne correspondent pas à sa véritable nature, mais qui permet parfois de créer une situation juridique valable. Ce qui apparaît à la surface des choses, par opposition à ce qui est en profondeur, essentiellement. ● apparence (citations) nom féminin (bas latin apparentia, du latin classique apparere, apparaître) Pierre Augustin Caron de Beaumarchais Paris 1732-Paris 1799 La-a forme, Monseigneur. Tenez, tel rit d'un juge en habit court, qui-i tremble au seul aspect d'un procureur en robe. La-a forme, Monseigneur, la-a forme. Le Mariage de Figaro, III, 14 Raoul Dufy Le Havre 1877-Forcalquier 1953 Peindre, c'est faire apparaître une image qui n'est pas celle de l'apparence naturelle des choses, mais qui a la force de la réalité. Carnet Éditions de la Galerie Carré Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 Garde-toi, tant que tu vivras De juger des gens sur la mine. Fables, le Cochet, le Chat et le Souriceau Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 Il ne faut point juger des gens sur l'apparence. Fables, le Paysan du Danube François, duc de La Rochefoucauld Paris 1613-Paris 1680 La vérité ne fait pas tant de bien dans le monde que ses apparences y font de mal. Maximes André Pieyre de Mandiargues Paris 1909-Paris 1991 La nature du monde change-t-elle, ou bien est-ce la véritable nature qui triomphe de l'apparence ? Dans les années sordides Gallimard Francis Ponge Montpellier 1899-Le Bar-sur-Loup 1988 Un esprit en mal de notions doit d'abord s'approvisionner d'apparences. Tome premier, Proêmes Gallimard Mathurin Régnier Chartres 1573-Rouen 1613 Ma foi, les beaux habits servent bien à la mine. Satires, XIII Bible Cessez de juger sur l'apparence. Jugez avec équité. Évangile selon saint Jean, VII, 24 Bible Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, qui ressemblez à des sépulcres blanchis : au-dehors ils ont belle apparence, mais au-dedans ils sont pleins d'ossements de morts et de toute pourriture. Évangile selon saint Matthieu, XXIII, 27 Confucius, en chinois Kongzi ou Kongfuzi [maître Kong] 551-479 avant J.-C. Je n'ai pas encore vu un homme qui aimât la vertu autant qu'on aime une belle apparence. Entretiens, VIII, 15 (traduction S. Couvreur) Octavio Paz Mexico 1914-Mexico 1998 Les apparences sont belles dans leur vérité momentanée. Las apariencias son bellas en esta su verdad momentánea. A la orilla del mundo, la Estacion violenta, Himno entre ruinas William Shakespeare Stratford on Avon, Warwickshire, 1564-Stratford on Avon, Warwickshire, 1616 Affectez du moins l'apparence de la vertu. Assume a virtue, if you have it not. Hamlet, III, 4, Hamletapparence (expressions) nom féminin (bas latin apparentia, du latin classique apparere, apparaître) En apparence, extérieurement, à en juger d'après ce qu'on voit. Sauver, ménager les apparences, ne rien laisser paraître qui puisse nuire à la réputation ou blesser les bienséances. ● apparence (synonymes) nom féminin (bas latin apparentia, du latin classique apparere, apparaître) Aspect, conforme ou non à la réalité, sous lequel quelque chose...
Synonymes :
- air
- extérieur
Ce qui apparaît à la surface des choses, par opposition à...
Synonymes :
- air
- extérieur
- façade
- tape-à-l'oeil (familier)
Contraires :
- matière
- réalité
- vérité
En apparence
Synonymes :
- extérieurement
Contraires :
- en réalité
- réellement

apparence
n. f.
d1./d Aspect extérieur d'une chose ou d'une personne; façon dont elle se présente à notre vue. L'immeuble a belle apparence. Syn. air, aspect, mine, tournure.
d2./d Ce qu'une chose semble être, par oppos. à ce qu'elle est réellement. Cette table n'a qu'une apparence de solidité. Il ne faut pas se fier aux apparences. Sauver les apparences: dissimuler ce qui pourrait nuire à sa propre réputation ou à celle d'autrui. Syn. façade, dehors.
|| Loc. adv. En apparence: extérieurement, d'après ce que l'on voit.
d3./d PHILO Phénomène (par oppos. à noumène).
d4./d DR Théorie de l'apparence, selon laquelle l'apparence suffit à produire des effets à l'égard des tiers qui, par suite d'erreur légitime, ont ignoré la réalité.

⇒APPARENCE, subst. fém.
Aspect ou façon d'apparaître; p. ext., gén. au plur. Ce qui apparaît.
A.— Manière dont quelque chose apparaît, se manifeste.
1. Manière dont quelqu'un ou quelque chose se manifeste aux sens. Synon. aspect, physionomie :
1. J'ai vu, sur les chotts pleins de mirages, la croûte de sel blanc prendre l'apparence de l'eau. — Que l'azur du ciel s'y reflète, je le comprends — chotts azurés comme la mer — mais pourquoi — touffes de joncs, et plus loin falaises de schiste en ruine — pourquoi ces apparences flottantes de barque et plus loin ces apparences de palais? —
GIDE, Les Nourritures terrestres, 1897, p. 238.
2. Mais qu'est-ce que le Messie? Les vieux Juifs de la synagogue le voient toujours sous l'apparence d'un personnage divin, enveloppé de légende et de ténèbres, ...
J. et J. THARAUD, L'An prochain à Jérusalem! 1924, p. 194.
3. En Belgique, il y a eu, aujourd'hui même, sous la présidence de M. de Broqueville, un conseil extraordinaire, qui a toutes les apparences d'un conseil de guerre préventif : ...
R. MARTIN DU GARD, Les Thibault, L'Été 1914, 1936, p. 358.
Emploi abs. Aspect avantageux. Avoir de l'apparence, cela n'a pas d'apparence :
4. ... à voir tant de misère partout, je soupçonne que Dieu n'est pas riche. Il a de l'apparence, c'est vrai, mais je sens la gêne. Il donne une révolution, comme un négociant dont la caisse est vide donne un bal. Il ne faut pas juger des dieux sur l'apparence. Sous la dorure du ciel j'entrevois un univers pauvre.
HUGO, Les Misérables, t. 2, 1862, p. 321.
5. On s'arrêta pour dîner devant une sorte de bouge obscur que fréquentaient les mariniers et toute la crapule des environs. Devant la porte, le père Boivin eut soin de dire : « Ça n'a pas d'apparence, mais on y est fort bien ».
MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 1, Les Dimanches d'un bourgeois de Paris, 1880, p. 299.
En partic., PHILOS. et RELIG. Aspect sensible de quelque chose, en ce qu'il s'oppose à son essence ou à sa substance. Synon. phénomène (cf. FOULQ.-ST-JEAN 1962) :
6. — L'âme, disait-il, est la substance; le corps, l'apparence. Les mots l'expriment d'eux-mêmes : l'apparence est ce qui se voit, et qui dit substance dit chose cachée.
A. FRANCE, Le Petit Pierre, 1918, p. 9.
7. Si le réel se réduit en effet à l'apparence sensible, comme elle est en perpétuelle contradiction avec elle-même, aucune certitude de quelque ordre que ce soit ne demeure possible.
GILSON, L'Esprit de la philos. médiév., t. 2, 1932, p. 24.
Rem. Chez les trad. de Kant., apparence s'oppose à apparence empirique, logique, transcendantale.
Apparences dans l'Eucharistie. ,,Ce qui reste et paraît extérieurement dans l'hostie consacrée, ce qui en frappe les sens, tels la couleur, la forme, le goût du pain et du vin, alors que ce n'est plus la substance du pain et du vin, mais le corps et le sang de J.-C.`` (MARCEL 1938) :
8. Tout ce qui nous épouvante dans nos vies, tout ce qui vous a consterné vous-même au Jardin des Oliviers, ce ne sont au fond que les espèces ou apparences, la matière d'un même sacrement.
TEILHARD DE CHARDIN, Le Milieu divin, 1955, p. 173.
Rem. ,,Des « linguistes » veulent établir une distinction entre Il n'y a plus apparence de maladie (= on ne trouve plus à quelqu'un l'air malade) et Il n'y a plus trace de maladie. Au mot apparence, l'Académie déclare pourtant : « il signifie quelquefois marque, trace de quelque chose. Ils n'ont plus aucune apparence de liberté. Il ne reste à cette femme aucune apparence de beauté ». On peut donc dire : Il n'y a plus apparence de maladie, aussi bien dans le sens : « il n'y a plus de signe, de marque extérieure », que dans le sens : « il n'y a plus de trace ».`` (HANSE 1949). En fait, la même réalité s'exprime sous deux formes différentes, l'une la regardant sous l'aspect temporel (la trace est ce qui reste du passé), l'autre sous une opposition intemporelle (l'apparence désigne ce qui partout et toujours s'oppose à ce qui est caché).
2. Manière dont une chose se manifeste à l'esprit. Synon. probabilité, vraisemblance :
9. Si, contre toute apparence, il ne lui avait pas été possible de se procurer des rafraîchissemens, de l'eau et du bois, sur les terres qu'il aura visitées depuis son départ des îles des Amis, (...) il relâcherait à l'île du Prince, ...
Voyage de La Pérouse, t. 1, 1797, p. 21.
10. ... Albert poussa son cheval vers un mélancolique assemblage de pierres grises et usées, façonnées par la main de l'homme, et qui se révéla à son approche être selon toute apparence un cimetière depuis longtemps abandonné.
GRACQ, Au Château d'Argol, 1938, p. 48.
Locutions
a) Vieilli
Non sans apparence. Non sans vraisemblance :
11. Les Anciens croyaient, non sans apparence, qu'il y avait quelque chose de divin dans le vol des oiseaux.
BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, Harmonies de la nature, 1814, p. 153.
Il y a apparence que, il y a de l'apparence que + indic. :
12. Il faut que tous les soins de mon père tendent à relever l'autorité du roi. Si le pouvoir exécutif ne lui appartient pas en entier, si les troupes ne lui obéissent pas, ce pays-ci est perdu. Quand un gouvernement subsiste depuis si longtemps, il y a apparence qu'il est nécessaire. C'est comme les règles de l'arithmétique, dont on trouve la preuve en les renversant.
Mme DE STAËL, Lettres de jeunesse, 1789, p. 328.
13. Il n'y avait pas de chevaux, ni apparence qu'il en arriverait, on résolut de se coucher.
STENDHAL, Journal, t. 3, 1809-11, p. 5.
Rem. Attesté ds tous les dict. gén. du XIXe siècle.
b) D'apparence. D'évidence :
14. D'apparence, les membres de la famille Dur étaient prévenus assez différemment à l'égard des Berthier.
AYMÉ, La Jument verte, 1933, p. 240.
B.— Aspect seulement superficiel, souvent trompeur d'une chose, par opposition à sa réalité. Ne pas se fier aux apparences, fausse apparence, sous une apparence. Synon. faux-semblant, façade, ostentation, simulacre :
15. Peu à peu on arriva à ce point que les archontes n'eurent plus que l'apparence du pouvoir et que les stratéges en eurent toute la réalité.
FUSTEL DE COULANGES, La Cité antique, 1864, p. 417.
16. « Crois-tu que bâti comme tu me vois, je suis anémique? C'est à ne pas croire et c'est pourtant vrai : il ne faut pas se fier aux apparences; ... »
MAURIAC, Thérèse Desqueyroux, 1927, p. 225.
SYNT. Sous l'apparence de; donner, se donner l'apparence de.
Garder, sauver les apparences. Ne rien laisser apparaître qui puisse être blâmé. Anton. sacrifier les apparences :
17. ... elle apportait, dans ses coups de cœur, une mesure et un tact si délicats, une science du monde si adroitement appliquée, que les apparences restaient sauves et que personne ne se serait permis de mettre tout haut son honnêteté en doute.
ZOLA, Au Bonheur des dames, 1883, p. 444.
Loc. adv. En apparence. Synon. extérieurement; anton. en réalité :
18. Les deux coudes sur la table, indifférent en apparence, mais, dans le fond, humilié et navré, il suivait le vol d'une guêpe attardée au-dessus d'une assiette de fruits...
MIRBEAU, Le Journal d'une femme de chambre, 1900, p. 33.
Rem. 1. Apparence signifie dans l'ex. suiv. apparition :
19. Quelle misère aussi de notre côté! Quelle faiblesse! quelle pusillanimité à l'apparence du péril!
CHATEAUBRIAND, Correspondance gén., t. 2, 1789-1824, p. 227.
Rem. 2. On rencontre dans la docum. le néol. apparentiel, elle, adj. (É. FAURE, L'Esprit des formes, 1927, p. 195; suff. -iel). Qui concerne l'aspect extérieur des choses.
PRONONC. :[]. Enq. ://.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. Av. 1225 apparanche « preuve apparente » (RECLUS DE MOLLIENS, Miserere, CCLXXI, 6 ds GDF. Compl. : Peu en est de ferme creanche : Les uevres en font apparanche; De Dieu ne de mort n'ont doutanche), attest. isolée; 2. a) av. 1225 aparance « aspect riche » (Lancelot, ms. Frib., f° 124d ibid. : Li tres Claudas estoit tenduz en une bele praierie et ert a merveilles granz et biaus et riches et de si grant aparance que bien resenbloit reperes a roi); b) 1280 « aspect extérieur (d'une chose) » (G. D'AMIENS, Escanor, éd. H. Michelant, 20949 ds T.-L. : des plaies ne se doloient Selonc c'on veoit l'aparance); p. ext. 3. a) 1395 « trace, vestige, indice (en parlant de choses matérielles) » (Voyage de Jérusalem du seigneur d'Anglure, éd. F. Bonnardot et A. Longnon, 156, ibid. : et y en a encor des apparances des murs) — XVIIe s., 1606, NICOT (fig.); b) 1659 « aspect superficiel ou trompeur » (MOL., Préc. rid., sc. 18 ds LITTRÉ : Allons chercher fortune autre part, je vois bien qu'on n'aime ici que la fausse apparence); 4. 1468-92 « vraisemblance, probabilité » (LA MARCHE, Mém., I ds GDF. Compl. : Si Dieu l'eust souffert vivre longuement, il avoit apparence de faire de grands services a la Bourgongne); 1690 dr. (FUR.).
Empr. au b. lat. apparentia, plur. substantivé du part. prés. de apparere, « aspect extérieur, apparence » dep. BOÈCE, Anal. post., 1, 10 ds TLL s.v., 268, 15.
STAT. — Apparence. Fréq. abs. littér. :5 893. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 7 993, b) 6 533; XXe s. : a) 6 378, b) 11 086. Apparentiel. Fréq. abs. littér. :1.
BBG. — BACH.-DEZ. 1882. — BÉL. 1957. — Bible Suppl. t. 1 1928. — BRUANT 1901. — Canada 1930. — Foi t. 1 1968. — FOULQ.-ST-JEAN 1962. — DUL. 1968. — GRUSS 1952. — LACR. 1963. — LAF. 1878. — LAF. Suppl. 1878. — LAL. 1968. — MARCEL 1938. — MIQ. 1967. — NOTER-LÉC. 1912. — PIERREH. Suppl. 1926. — PIGUET 1960. — RÉAU-ROND. 1951. — RÉAU-ROND. Suppl. 1962. — ROS.-IOUD. 1955.

apparence [apaʀɑ̃s] n. f.
ÉTYM. 1280, aparence; apparanche, 1225; bas lat. apparentia, du lat. class. apparere. → Apparaître, apparoir.
1 Aspect (de ce qui apparaît); ce que l'on voit (d'une personne ou d'une chose), manière dont elle se présente. Air, appareil, aspect, extérieur, figure, forme, 1. mine, physionomie, tournure. || Les diverses apparences de la lune, des planètes. Phase. || On a repeint la maison pour lui donner une belle apparence. || La cité de Carcassonne a conservé son apparence médiévale. Cachet, caractère, couleur, visage. || Présenter, offrir une belle, une mauvaise apparence.Une auberge de misérable apparence. || De même apparence. Semblable.
1 N'admirerons-nous pas plutôt que d'une hauteur si prodigieuse elles (ces étoiles) puissent conserver une certaine apparence, et qu'on ne les perde pas toutes de vue ?
La Bruyère, les Caractères, XVI, 43.
2 Un certain air d'audace et de gaieté dans le regard contrastait avec cette apparence maladive.
Mérimée, Arsène Guillot, I.
3 (…) au coin de deux rues un restaurant de piètre apparence (…)
Martin du Gard, les Thibault, VII, 46.
4 (…) noter les moindres nuances de son visage, les plus fuyantes expressions, et saisir et rendre ce qu'il y a dans une figure de femme de plus que l'apparence visible, cette émanation d'idéale beauté (…)
Maupassant, Fort comme la mort, p. 26.
Spécialt. Belle apparence. || Présenter une certaine apparence, avoir de l'apparence.
5 Dans le hameau cette maison a quelque apparence.
Rousseau, Émile, V.
(1395). Trace, vestige. || Ils n'ont plus aucune apparence de liberté. || Une légère apparence de … Lueur, 1. ombre, rayon, soupçon.
Vaine, fausse apparence. Erreur; chimère, fantôme (→ ci-dessous, cit. 8 et 21). || Ce qui trompe par de fausses apparences. Attrape, brillant, clinquant, déguisement, éclat, fard, faux-semblant, feinte, frime, illusion, masque, mirage, 1. ombre, prétexte, semblant, simulacre, trompe-l'œil, voile.
(1659). Spécialt. || L'apparence, les apparences : l'aspect superficiel, extérieur d'une chose, considéré comme distinct de sa réalité. Couleur, décor, dehors, enveloppe, façade, face, figure, forme, superficie, (par métaphore) écorce, enduit, livrée, vernis. || Ne pas se laisser prendre à l'apparence.Prendre l'apparence pour la réalité (→ Prendre l'ombre [1. Ombre, II., 4.] pour le corps). || Ne vous arrêtez pas à l'apparence. || Cette apparence séduisante cache une nature perfide, une réalité dangereuse (→ Le serpent [infra cit. 7.2] est caché sous les fleurs). — ☑ Loc. Sous l'apparence, sous une apparence de… || Un caractère indomptable sous une apparence de douceur (→ Une main de fer…). || Sous les apparences sensibles (→ Réalité, cit. 4).Au plur. || Les apparences : la réalité visible, extérieure, en tant qu'inexacte ou trompeuse (→ ci-dessous, cit. 16 et 19). || Il juge sur les apparences. || Ne vous arrêtez pas aux apparences. || Il ne faut pas se fier aux apparences (→ Tout ce qui brille n'est pas or [1. Or, B., 3.], l'habit ne fait pas le moine). || Des apparences de… (→ ci-dessous, cit. 27). || Malgré les apparences. || Les apparences du mérite (→ Récompenser, cit. 4).
6 (Les bons esprits qui savent) Séparer le vrai bien du fard de l'apparence.
Mathurin Régnier, Satires, V.
7 L'apparence vous trompe (…)
Corneille, Héraclius, IV, 5.
8 Les sens abusent la raison par de fausses apparences.
Pascal, Pensées, II, 83.
9 La vérité ne fait pas tant de bien dans le monde que ses apparences y font du mal.
La Rochefoucauld, Maximes, 64.
10 Les grands, pour la plupart, sont masques de théâtre;
Leur apparence impose au vulgaire idolâtre.
La Fontaine, Fables, IV, 14.
11 Mon âme, en toute occasion,
Développe le vrai caché sous l'apparence.
La Fontaine, Fables, VII, 18.
12 Il ne faut point juger des gens sur l'apparence.
Le conseil en est bon, mais il n'est pas nouveau.
La Fontaine, Fables, XI, 7.
13 Mon Dieu, le plus souvent l'apparence déçoit :
Il ne faut pas toujours juger sur ce qu'on voit.
Molière, Tartuffe, V, 3.
14 Confondre l'apparence avec la vérité (…)
Molière, Tartuffe, I, 5.
15 (…) une trahison que tant d'apparences me confirmaient (…)
Molière, Dom Juan, I, 3.
16 Est-il possible (…) que les apparences toujours tourneront contre moi (…)
Molière, George Dandin, II, 8.
17 Si vous êtes alarmé de l'apparence de mon oubli, croyez, Monsieur, que c'est une fausse alarme, et que les apparences sont trompeuses (…)
Mme de Sévigné, 893, 17 avr. 1682.
18 On n'y songe qu'à soi (à Versailles), sous l'apparence d'être entraîné par le tourbillon des autres.
Mme de Sévigné, 967, 1er juil. 1685.
19 Les hommes, séduits par de belles apparences et de spécieux prétextes (…)
La Bruyère, les Caractères, XII, 114.
20 La politesse n'inspire pas toujours la bonté, l'équité, la complaisance, la gratitude; elle en donne du moins les apparences, et fait paraître l'homme au dehors comme il devrait être intérieurement.
La Bruyère, les Caractères, V, 32.
21 Il faudrait (…) que ce que nous appelons prospérité et fortune ne fût pas une apparence fausse et une ombre vaine qui s'évanouit.
La Bruyère, les Caractères, XVI, 47.
22 (…) une apparence de sensibilité qui ne va qu'à l'épiderme (chez Madame Récamier).
B. Constant, Journal intime.
23 Il portait cette armature rigide, l'apparence. Il était monstre en dessous; il vivait dans une peau d'homme de bien avec un cœur de bandit (…)
Hugo, les Travailleurs de la mer, I, VI, 6.
24 La femme a une puissance singulière qui se compose de la réalité de la force et de l'apparence de la faiblesse.
Hugo, Post-scriptum de ma vie, p. 56.
25 L'âme (…) est la substance; le corps l'apparence.
France, le Petit Pierre, I, 9 (→ Âme, cit. 26).
26 On ne perçoit que l'apparence; car l'envers de la tapisserie, l'envers réel de l'action, de l'intrigue — aussi bien que celui de l'intelligence, du cœur — se dérobe (…)
Proust, À la recherche du temps perdu, t. XIII, p. 250.
26.1 C'est un lieu commun du reste parmi les gens du monde, que le monde juge tout sur les apparences, lieu commun auquel certains pour plus de fraîcheur répondent par cet agréable paradoxe : « Mais bien sûr, il ne faut juger que sur les apparences », ou dans une société moins hardie d'esprit : « Dans le monde on est bien obligé de juger sur les apparences, mais on est sévère pour une telle et pas pour telle autre qui en a fait bien plus. »
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 628.
27 Ainsi, derrière des apparences de gloire, d'amères réalités se cachaient.
J. Bainville, Hist. de France, p. 492.
28 L'état général, malgré l'apparence, restait inquiétant.
Martin du Gard, les Thibault, IV, 5.
28.1 Car le Paradis est partout; n'en croyons pas les apparences. Les apparences sont imparfaites : elles balbutient les vérités qu'elles recèlent; le Poète, à demi-mot, doit comprendre, — puis redire ces vérités.
Gide, le Traité du Narcisse, in Romans, Pl., p. 9.
2 Cour.Garder, ménager (1621), sauver les apparences : ne laisser rien apercevoir de ce qui pourrait nuire à sa propre réputation ou à celle de qqn. Bienséance, convenance. || Sacrifier les apparences et se moquer du qu'en dira-t-on.
29 (…) des femmes qui pensent être les plus vertueuses personnes du monde pourvu qu'elles sauvent les apparences (…)
Molière, l'Impromptu de Versailles, I.
30 On garde encore à la vérité les apparences (…)
Massillon, Pardon.
31 Ce que je peux te promettre, c'est d'être discret, invisible, de me comporter, enfin, comme un parfait gentleman, de m'arranger toujours pour sauver les apparences.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, t. I, p. 411.
Dr. État d'une situation se présentant de manière déformée sur la scène juridique.
Loc. adv. En apparence : extérieurement, autant qu'on peut en juger d'après ce qui paraît, ce qu'on voit. Apparemment (1.).
32 Si l'on guérit le mal, ce n'est qu'en apparence.
Corneille, le Cid, II, 3.
33 (Une belle) douce en apparence, et toutefois cruelle (…)
La Fontaine, Fables, XII, « Le chat et la souris ».
34 Qu'elles le soient effectivement et non en apparence.
Bossuet, Politique.
35 (…) les sociétés les plus policées, en apparence.
Edmond Jaloux, le Jeune homme au masque, p. 24.
Selon toute apparence : d'après ce que l'on voit, ce qui est patent.
Contre toute apparence : en dépit de ce qui paraît, de ce qu'on voit (→ ci-dessous, 4.). || Contre toute apparence, les affaires marchent bien.
Vx. D'apparence : apparemment, de toute évidence.
3 Philos. Phénomène (opposé à la chose en soi, à l'être, à la substance). || L'apparence sensible. || L'essence et l'apparence.
4 (1468; langue classique). Vx. Caractère plausible, vraisemblable d'une chose. Probabilité, vraisemblance. — ☑ Loc. Non sans apparence.Il y a (de l') apparence que (suivi de l'indic.). || « Il n'y a pas d'apparence que je vive encore longtemps » (A. Galland, les Mille et Une Nuits, t. 1, p. 290). || Quelle apparence y a-t-il que… ?; quelle apparence que… ? — ☑ Vx. Hors d'apparence : invraisemblable.
36 (…) Ce soupçon n'est pas sans apparence.
Corneille, Polyeucte, III, 5.
37 Ce mariage a si peu d'apparence, qu'il est aisé de voir qu'on ne le propose que pour satisfaire à la coutume de ce temps-là.
Corneille, Examen de Mélite.
38 Vous tenez des discours qui sont hors d'apparence.
Corneille, la Galerie du Palais, III, 6.
39 Mais l'apparence, ami, que vous puissiez lui plaire,
Teint du sang de celui qu'elle aime comme un père ?
Corneille, Cinna, II, 2.
40 Au mystère nouveau que tu me viens conter
Est-il quelque ombre d'apparence ?
Molière, Amphitryon, II, 1, 770.
41 Ce discours d'apparence est si fort dépourvu …
Molière, l'École des maris, III, 5.
42 Je le croirais bien; oui, il y a toutes les apparences du monde (…)
Molière, les Précieuses ridicules, 5.
43 Il y a de l'apparence qu'il disait vrai.
Racine, Port-Royal.
44 Quelle apparence que Xuthus ne soit pas du festin où il a dit lui-même qu'il voulait assister avec son fils ?
Racine, Livres annotés, Notes sur Ion.
45 Il y a une chose que l'on n'a point vue sous le ciel, et que selon toutes les apparences on ne verra jamais : c'est une petite ville qui n'est divisée en aucuns partis (…)
La Bruyère, les Caractères, V, 50.
Vieilli. || Contre toute apparence : malgré une invraisemblance (→ aussi ci-dessus, 2.).
46 Si Descartes a voulu, contre toute apparence, que les animaux fussent des machines (…)
France, le Petit Pierre, 26.
CONTR. (Du 3.). Essence, fond, substance. — Envers, revers. — Certitude, existence, réalité, vérité.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • apparence — Apparence, Significatus, Significatio, Visus, huius visus, Specimen, Indicium. Il y a peu d apparence, Parum speciosa criminatio, B. Apparence et enseigne restant de quelque chose, Vestigium. Apparence de gloire, Species gloriae. Grande apparence …   Thresor de la langue françoyse

  • apparence — APPARENCE. s. f. L extérieur, ce qui paroît au dehors. Belles apparences. Il ne faut pas se fier à l apparence, aux apparences. Les apparences sont trompeuses. Je ne m arrête point à l apparence. Elle l a trompé sous apparence de dévotion, sous l …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • apparence — Apparence. s. f. L exterieur, ce qui paroist au dehors. Belles apparences. il ne faut pas se fier à l apparence, aux apparences. les apparences sont trompeuses je ne m arreste point à l apparence. elle l a. trompé sous apparence de devotion, sous …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Apparence(s) — Pays  France Langue Français Périodicité publication à flux continu Genre revue scientifique Date de fondation …   Wikipédia en Français

  • Apparence — Ap*par ence, n. [OF. aparence.] Appearance. [Obs.] Chaucer. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Apparence — (fr., spr. Apparangs, Apparenz), 1) Anschein, äußerer Schein; 2) Wahrscheinlichkeit …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Apparence — (frz. –angs), Anschein …   Herders Conversations-Lexikon

  • apparence — (a pa ran s ) s. f. 1°   Ce qui apparaît d une chose. •   Il ne faut pas toujours juger sur les apparences, SÉV. 461. •   L apparence nous trompe, et je sais en effet...., CORN. Héracl. IV, 6. •   L apparence t abuse, il m aime au fond de l âme,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • APPARENCE — s. f. L extérieur, ce qui paraît au dehors. Belles apparences. Il ne faut pas se fier à l apparence, aux apparences. Les apparences sont trompeuses. Je ne m arrête point à l apparence. Il l a trompé sous apparence d amitié, sous l apparence d… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • APPARENCE — n. f. Ce qui paraît extérieurement. Belles apparences. Il ne faut pas se fier à l’apparence, aux apparences. Les apparences sont trompeuses. Je ne m’arrête point à l’apparence. Il l’a trompé sous apparence d’amitié, sous l’apparence de l’amitié.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.